Interviews de pilotes

Rémi DEVERCHERE en piste pour son 1er rallye !

 

Rivet 4rm 2L © Rémi DEVERCHERE

 

1. Peux-tu nous présenter l’auto avec laquelle tu vas rouler au Labourd et nous expliquer d’où vient ce projet ?


Il s’agit d’un Rivet 4rm 2L (ex Bidart, ex Castan). On y a mis un moteur Clio RS. Pour le reste, boite séquentielle 6 vitesses Hydrau-Medoc et amortisseurs BOSS. L’auto est presque prête, Bruno Larroquet va terminer quelques petites choses en électricité. Pour mon anniversaire (mi janvier), mon père m’a annoncé qu’il me laissait la voiture pour le Labourd à condition que je remonte l’auto avant le 19 février pour essayer la voiture à Gaujacq. Grace à la famille et aux copains, on a tenu ce challenge. Je leur suis très reconnaissant car sans eux je n’aurais jamais crû pouvoir réaliser ce rêve. Merci à eux ! Les essais à Gaujacq se sont bien passés malgré quelques petits soucis à régler. Désormais l’auto est réglée mais n’ayant pas roulé depuis ce sera la surprise au Labourd !


2. Ton père étant aussi engagé ce week-end, ce sera une histoire de famille. Tes deux cousins seront vos copilotes.


En effet, cette année deux équipages du rallye auront exactement le même nom : « Deverchere/Etcheverry » (Patrick et Nicolas vs Rémi et Anthony). Nous aurons une assistance commune avec Thierry Arrieta et Andoni. Nous allons au Labourd sans rivalité et sans pression avec la seule volonté de finir le rallye tous les 4. J’en profite pour souhaiter une bonne course à tous les jeunes de l’ASA qui feront leur premier rallye au volant ce weekend (ndlr : Arnaud Dardans 21 d’Ascain, Panpi Daguerre 22 ans d’Ainhoa, Thomas Battiston 27 ans de Guéthary et Julien Sabarotz…). Ce sera sympa !!


3. Ton père, et notamment Dominique, Mathias Galarregui et Brave, tous terrassiers, sont des acteurs majeurs du Labourd. Ils font un gros travail de préparation des pistes (avant et après chaque rallye). L’ASA Côte Basque les en remercie !


Tout à fait. Après le Labourd 2016 disputé sous une météo exécrable, ils ont eu beaucoup de travail. Avec la bonne philosophie de l’ASA Côte Basque, nous avons la chance de rouler sur de jolies pistes.

 

4. Rémi, tu es plutôt :

- Sangria ou Ostalapia ? Sangria

- Ricard ou Errecart ? Ahah Errecart !
- Pottoka ou Anthony Etcheverry ? Anthony Etcheverry

- Nicolas Brusque ou Nicolas Etcheverry ? Nicolas Etcheverry
 

 


Christophe COSTES fera chanter son rotatif !

 

Christophe COSTES © Loic COSTES

 

1. Peux-tu revenir sur le Rallye d’Arzacq ?


Nous avons commencé sur un bon rythme avec deux meilleurs temps sur 3 spéciales.  C’était la découverte de l’auto car nous l’avions reçu une semaine avant le rallye. La prise en main a été satisfaisante malgré les conditions difficiles.


2. On dit qu’un moteur 3.5 L est intéressant sur un championnat complet. Pourquoi avoir choisi de mettre le 2 L rotatif sur cette nouvelle auto ? Peux-tu nous exprimer ton ressenti vis-à-vis de ces deux moteurs ?


En effet, c’est un choix atypique qui s’explique par plusieurs raisons. D’abord parce que j’ai eu 4 autos avec un 3.5L alors j’avais envie de changer et de savoir pourquoi ceux qui ont déjà un 2L roulent aussi fort. Ensuite, je commence à arriver vers la fin alors j’ai voulu faire une auto avec laquelle mon fils pourra rouler l’année prochaine. N’ayant pas l’intention de décrocher, je continuerai à rouler aussi mais pour lui ce sera plus facile d’apprendre avec cette auto plutôt qu’avec un moteur plus puissant. Concernant le ressenti, je dirais qu’il y a du bon dans les deux moteurs. Le 2L rotatif manque de puissance dans les relances mais permet de gagner du temps dans les freinages et dans les passages en courbe. Pour le moment, j’ai les réflexes de l’ancienne et je freine trop tôt. Je me donne 5-6 courses pour apprendre.


3. Les autos de devant sont très performantes mais de nouvelles autos très rapides et moins coûteuses font leur apparition.  Comment vois-tu la discipline dans 5 ans ?


Dans les grosses autos, il n’y a aura pas de « grand pas en avant », la seule évolution peut venir des moteurs en fonction des nouvelles offres des constructeurs. Un nouveau moteur performant peut faire progresser l’auto et attirer les concurrents. Entre ces gros buggys et les SSV, la différence tend à diminuer. Si les SSV ne sont pas bridés par la réglementation, on aura du mal à les contenir. Les nouveaux SSV sont aussi larges que les buggys. Leurs débattements en font des autos très performantes sur des terrains comme lors du dernier Rallye d’Arzacq.

 

4. Ces dernières années, tu es l’un des pilotes qui a le plus progressé, jusqu’à atteindre le titre en 2015. Comment expliques-tu cette progression ?

 

A mes débuts j’ai peut-être brûlé les étapes en commençant avec un gros moteur. Au fil des voitures j’ai trouvé le bon compromis entre châssis, moteur et ponts. Je dirai que ma progression est à la fois dûe à la progression des choix sur l’auto et au fait que je me sois assagi avec l’âge. Le dernier Fouquet 3.5 L  était « violent » mais finalement facile à conduire car doté de bons choix de mécanique.

 

5. Beaucoup de pilotes font des pauses dans leur « carrière » car une fatigue peu s’installer. Où trouves-tu la motivation pour rouler autant chaque année ?


C’est vrai que parfois je me demande pourquoi on fait tout ça ? Je dirais que j’en ai besoin. Mon activité professionnelle étant très prenante, penser au rallye cela me fait décompresser. C’est mon fusible. C’est comme une drogue. D’autant qu’au fur et à mesure que l’on a progressé, cela nous a motivé pour faire toujours mieux. Il faut d’ailleurs remercier les organisateurs qui font de rallyes de plus en plus sympas et qui vont bien avec nos autos.


6. Christophe, tu es plutôt :
- Fromage : Cantal ou brebis ? Les deux !!
- Morgan Parra ou Dimitri Yachvili ? Morgan Parra
- Volcans d’auvergne ou Uzkain ? Uzkain
- Marion Andrieu ou Marion Cotillard ? Marion Andrieu

 

 


Nicolas ETCHEVERRY roulera fort à domicile !

 

Nicolas ETCHEVERRY © Fane

 

1. Peux-tu nous dire quelle révision ou quelles modifications tu as fait pendant l’intersaison ?


Nous avons fait une révision générale, peinture, carrosserie, pignon de boite, distribution, embrayage. Nous avions prévu de faire Arzacq mais l’embrayage commandé le 10 février n’est arrivé « que » la semaine dernière (soit fin mars)... Donc nous avons eu un peu peur pour le Labourd mais nous serons bien présents ! Pour l'occasion l'auto arborera une nouvelle déco. Rendez-vous aux vérifs pour la découvrir ! Merci à mes proches et à mes partenaires sans lesquels je ne pourrais pas vivre ces moments.


2. Tu as terminé 2e des 2rm l’an dernier derrière ton camarade et ami Nicolas Larroquet qui sera absent cette année… Dès lors quelle sera ton ambition ?


On a conscience que les pilotes Cledze seront très rapides mais on essaiera de faire la meilleure place possible. Pour le podium on va batailler ferme entre tous les pilotes de l’ASA Côte Basque, ça va être très sympa !


3. Serais-tu tenter par te lancer dans une nouvelle aventure (4rm, SSV, Baja…) ?


En effet, parfois je me dis que ce serait sympa de rouler avec un 4rm raisonnable à entretenir. Mais impossible de dire aujourd’hui si c’est un projet qui se réalisera à court ou moyen terme.


4. Nicolas, tu es plutôt :
- Buvette ou raclette ? Buvette !!
- Justin Bridou ou Pascal Massonde ? Ahah David Massonde !
- Christian Esteinou ou Sébastien Loeb ? Christian Esteinou !!
- Herri Urrats ou Herri Burrats ? Herri Bourrats !!

 


Damien POCHELUBERRY vient chercher la victoire en 2rm !

 

Damien Pocheluberry © Frantxoa de MPV Race

 

1. Peux-tu revenir sur le Rallye des Collines d’Arzacq ?

 

Les recos étaient super, les pistes étaient parfaites. Bravo à l’organisation pour leur travail. Malheureusement, il a plu dans la nuit de vendredi à samedi puis samedi. Malgré les conditions difficiles, nous avons tâché de rester propre et cela a payé. Je souhaitais tester l’auto sur terrain gras et j’avais en tête de rentrer dans les 10 alors objectif rempli.

 

2. Du kart cross au buggy à moteur de moto, peux-tu revenir sur ton parcours et nous expliquer les similitudes entre les disciplines ? 

 

En effet, à 22 ans j’ai commencé en kart cross moteur 2cv. Champion régional dès la 1ère année, Champion national la 2e année ; puis champion national de kart cross moteur de moto la 3e année. Cela m’a permis de beaucoup apprendre. Le rallye est beaucoup plus compliqué, les revêtements et l’état du terrain changent. Mais le rallye est beaucoup plus intéressant car c’est plus complet, on roule tout le weekend (contre 3x5min en kart cross). Et c’est un sport que l’on partage avec toute une équipe que je remercie. Merci notamment à mon copilote qui est un vieux copain, et à mon père pour les heures passées à travailler sur l’auto. Sans lui je n’aurais pas réussi . C’est une chance de les avoir.

 

3. Tu n’as pas souhaité passer en 4rm car les autos 4rm « au top » sont trop cher. Tu aurais pu aussi acheter un 4rm « plus petit ». Compétiteur, as-tu besoin de « jouer la gagne » quand tu roules ? Et inviterais-tu d’autres pilotes (notamment 4rm) à venir ou revenir en 2rm ?

 

En effet, sans prétention aucune, j’ai été habitué à « être devant » alors je préfère avoir un top 2rm plutôt qu’un 4rm pour viser le top 10 pour plusieurs raisons : lutter en 2rm permet d’avoir des primes (ce qu’un 4rm top 10 n’a pas), permet de lutter pour la victoire dans une catégorie, et coûte moins cher en entretien. Alors en effet, ce serait une bonne chose pour ces concurrents-là de venir s’amuser avec nous. Par ailleurs, on voit que l’arrivée des SSV permet à la discipline de se faire connaître par un nouveau public et par de nouvelles personnes qui pourraient un jour, pourquoi pas, passer en buggy 2rm.
Je suis heureux de cette nouvelle aventure en 2rm. Cela m’a permis de recontrer les Clevenot. On fait évoluer l’auto ensemble Ils sont à l'écoute, très professionnels et super abordables. Je les considère comme des amis. Merci à eux. Enfin, en ce qui concerne le passage en 4 rm, ça reste dans un coin de ma tête. J'aimerais faire un jour le Rallye des Cimes avec un buggy top 4 roues... A méditer !

 

4. Damien, tu es plutôt : 
- Fêtes de Dax ou Rallye Orthez Bearn ? Les deux !! 
- Louis Dronde ou Louis Picamoles ? Louis Dronde 
- Chocolatine ou pain au chocolat ? Chocolatine bien sûr !!
- Qu’est-ce qu’un béarnais ? Je sais pas.. 
o Réponse : Un belge qui n’a pas trouvé le Pays Basque ! 
- Comment faire rentrer 50 béarnais dans une 2cv ? Langue au chat.. 
o Réponse : Leur dire que les basques ont réussi !

 


Premier rallye pour Panpi DAGUERRE !

 

Buggy 2rm ©  Panpi DAGUERRE

 

1. Peux-tu nous décrire l’auto que tu es en train de monter ? Es-tu prêt pour le rallye ?

C’est une auto châssis maison, cellule Cledze et carrosserie Fouquet ; moteur Clio RS : boîte Sadev 5 vitesses à crabot ; 4 amortisseurs Ohlins. Cela fait 3 ans que j’ai commencé à la monter, le temps d’économiser. A une semaine du rallye, j’ai encore pas mal de choses à faire. Aujourd’hui (ndlr : vendredi 31 mars), j’emmène l’auto chez Jacob afin qu’il mette le moteur en route.

2.Pourquoi, à 22 ans, avoir choisi de faire une voiture de A à Z ? Quelles sont les principales difficultés que tu as rencontrées dans cette aventure ?

Acheter tout fait cela ne m’intéressait pas car j’aurais tout démonté pour refaire à mon goût. Mécanicien de profession, les deux principales difficultés ont été de financer l’auto et de garder la motivation sur le long terme. Quand on démarre, on est tout feu tout flamme, mais l’aventure est longue. A ce titre, je remercie mon copilote Guillaume Ipharaguerre qui a été là du début à la fin, Nicolas Etcheverry et Christian Esteinou pour les bons conseils et les pièces trouvées, Grég Goni, Deverchere, Mozart, Christelle, tous ceux qui m’ont aidé, mes partenaires et enfin Yann Clevenot qui a fait un très beau travail sur le châssis tout en s’adaptant au petit budget.

3. Comment appréhenderas-tu ton premier rallye au volant ?

Finir l’auto et être au départ sera déjà une grande victoire. Je roulerai tranquille afin de faire rouler l’auto. Je veillerai à ne pas la casser car cette aventure a demandé beaucoup de sacrifices.

4. Panpi, tu es plutôt (attention, certaines questions recommandées par une tierce personne peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes) :
-    Guillaume Ipharaguerre ou Guillaume Canet ? Guillaume Ipharaguerre
-    Lilian Thuram ou Lilian Touzot ? Lilian Touzot
-    Bugatti ou gros titis ? Gros titis !!
-    Buggy en glisse ou ventre et glisse ? Buggy en glisse
-    Clé anglaise ou mayonnaise ? Mayonnaise !!

 


Le belge Sébastien GUYETTE sera à l'attaque en Polaris !

 

Stéphane GUYETTE © Valérie Uhaldeborde

 

1. Vous êtes pilote « officiel » Polaris France, pouvez-vous vous présenter, nous décrire votre SSV et nous expliquer comment vous avez connu le Rallye TT français ?


Depuis 2011, je roule sur SSV Polaris, et depuis 2015 je roule « pour » Polaris France avec le concessionnaire « AT4R » qui est situé dans le Var (83). Ainsi, je participe à des courses de quad et des bajas avec Polaris.
Ce SSV est le nouveau Polaris, moteur 1 000 turbo 100 % d’origine et qui développe 168 ch. Il faut savoir que c’est un véhicule de « loisir ». On y a seulement ajouté les éléments de sécurité FFSA afin de rouler en compétition et nous l’avons réglé à notre convenance. Polaris est précurseur dans le domaine et il s’agit là de la 3e version du 1 000. Cela en fait une auto sûre et compétitive. Ce véhicule est équipé d’un variateur de vitesse, il n’y a donc pas de boite à vitesse. Le dispositif est assez performant.

Je roule en France depuis un petit moment. A mes débuts, je suis parti de Belgique et j’ai parcouru 1 200 kms pour participer à une Baja à Château Lastours avec le SSV. J’ai remporté la course devant Depres et Peterhansel. Par la suite, j’ai découvert le rallye tout terrain.


2. Superbe 7e place au Rallye des Collines d’Arzacq pour votre 1er rallye, pouvez revenir sur ce très bon résultat ?


Toutes les spéciales étaient techniques. L’ES4 était bien adaptée aux SSV et nous y avons réalisé le 4e temps. Dans cette spéciale, nous avons fait un demi-tour, c’est dommage car nous aurions pu réaliser le scratch. La spéciale suivante a malheureusement été annulée. Le dimanche, nous étions bien placés au classement alors nous avons davantage assuré afin de soulager l’auto qui était bien chargée en terre. Ce rallye est une satisfaction puisque je découvrais tout, 1er rallye, nouveau véhicule, nouveau copilote (Florent Brulon). Ce dernier a d’ailleurs très bien fait son travail du haut de ses 17 ans. Nous remettrons ça au Labourd.


3. Après ce joli résultat, quels seront vos objectifs au Labourd et quel sera votre programme cette saison ?


Nous démarrerons prudemment pour attaquer davantage ensuite. Venant de Belgique, je me limiterai certainement à un passage de reconnaissance par spéciale. Comme il y a un mois, je vais découvrir le rallye. L’objectif sera le même qu’à Arzacq.
Le but est de faire une saison complète. Je participerai également au mondial du Quad à Pont de Vaux (au Nord de Lyon dans l’Ain) qui ouvre cette année une course aux SSV.


4. Sébastien, vous êtes plutôt :
- Neuville ou Ogier ? Ahah Neuville
- Eden Hazard ou Antoine Griezmann ? Eden Hazard
- Gauffre de Liège ou gâteau basque ? Gauffre de Liège mais je vais découvrir le gâteau basque !
- François Damiens ou Gad Elmaleh ? Les deux !!

 


Louis DRONDE gonflé à bloc !

 

 

Le Gembo et le Drondemon © Louis DRONDE

 

1. Peux-tu faire le bilan de ta saison 2016 ?


Cela a été une super saison puisque j’ai réalisé le triplé Labourd, Baretous, Cimes. La fin de saison s’est terminée par une jolie 3e place à Plaines. En forçant plus, j’aurais pu faire 2e mais la victoire était hors de portée. On roule donc moins qu’avant mais c’est top comme ça.


2. Tu as acheté le Gembo de Grégory Vincent sans mécanique. Saurais-tu nous dire quelle mécanique tu mettras dessus et à quelle date tu penses le sortir ?


En effet, à l’intersaison nous avons fait l’acquisition de ce Gembo avec châssis, carrosserie, triangles et fusées, mais sans moteur, boite, pont, ni électricité. Tout ce qui sera pont, boite et transfert ce sera du Hydrau-Médoc. Pour la première fois on mettra un système de transfert. En ce qui concerne le moteur, je ne sais pas encore ce que ce sera. J’aimerais mettre un 3L avec du couple. Le choix du 3L est dicté par deux facteurs : d’une part la volonté de trouver un moteur plus puissant que mon 2.5L car le Gembo motrice très bien, et d’autre part, par le fait que si on met un 3.5L on devra alourdir l’auto. J’aimerais aussi me faire plaisir avec un moteur qui fait un joli bruit ! On espère sortir le Gembo l’année prochaine. Ce sera au mieux Arzacq ou Labourd 2018,  et sinon au Baretous 2018.


3. Quel sera ton programme cette saison et saurais-tu nous dire ce qu’il adviendra de ton auto actuelle, le fameux « Drondemon » ?


Cette année, je vais faire le Labourd, le Baretous et les Cimes avec le « Drondemon ». Après les Cimes, nous proposerons certainement une offre de location du véhicule avec assistance.


4. Le Labourd 2017 se disputera avec une concurrence locale, nationale et internationale. Tu dois être bien motivé ?


Je suis toujours motivé et il y a toujours eu de la concurrence ! Cette année je roulerai avec un nouveau copilote car avec une 2e auto à monter, ce n’est pas évident financièrement. Le Labourd est très plaisant car il n’y a « que » 4 spéciales. C’est très pratique pour tout le monde et notamment pour les reconnaissances. Bravo à l’organisation pour ce système.


5. Louis, tu es plutôt :
- Rallye du Labourd ou foire au jambon ? Rallye du Labourd
- Gembo ou Drondemon ? Gembo
- Hydrau-Medoc ou Whisky-Medoc ? Hydrau-Medoc
- Stéphane Peterhansel ou François Cazalet ? François Cazalet

 


Nouvelle aventure pour Xalbador BOUCHET !

 

Nouveau buggy BMC M44 © Xalbador BOUCHET

 

1. Peux-tu nous présenter ton nouveau BMC,  nous expliquer en quoi il est différent du BMC de location avec lequel tu as notamment terminé 7e aux Cimes, et nous dire quelles sont les qualités de cette auto par rapport à tes précédents véhicules ?

Il s’agit du tout nouveau BMC 4rm, moteur Suzuki Hayabusa 1340 cc développant 205 ch. ; boite de moto, transfert, pont Ford et amortisseurs Fournales. Ce buggy, sorti à Arzacq, a été conçu et imaginé par l’équipe BMC. Il n’est pas très différent du BMC de location puisque ce dernier a évolué au fil des courses. Ce nouveau BMC M44 est facile à conduire, plus léger, plus joueur et permet de freiner tard. C’est une auto compétitive.

2. Quelles seront tes ambitions au Labourd et quel sera ton programme cette saison ?

L’auto est neuve alors j’aimerais surtout la faire rouler. Je n’ai pas d’ambition particulière si ce n’est de finir devant Arnaud Etchecopar et Yannick Lonne-Peyret (rires). Pour la suite de la saison, je ferai en priorité le Barétous et les Cimes et, selon mes disponibilités professionnelles, je me rendrai au Gers et/ou à Orthez et enfin au Plaines et Vallées en fin de saison.

 

3. Xalbador, tu es plutôt :

- Rallye du Labourd ou Foire au jambon ? Les deux !!
- BMC ou RMC Sport ? BMC
- Camille Lopez ou Jean-Marc Doussain ? Camille Lopez car de Mauléon
- Barbe de 3 jours ou grosse barbe ? Ahah les deux !!

 

 


Manu CASTAN sera à l'attaque sur son CAN'AM X3 !

 

Manu CASTAN © La Radio du Sport Automobile en Aquitaine

 

1. Peux-tu nous présenter ton nouveau SSV ?


Il s’agit d’un Can’Am nouvelle génération. Au niveau des dimensions il est semblable aux buggys de Rallye TT. Le châssis est léger. Les débattements issus des Pro Truck des USA sont assez impressionnants. Le moteur est un moteur de moto neige Rotax à turbo. D’origine l’auto fait 155 ch. pour 750 kgs. Avec le moteur préparé et l’auto en conditions courses (arceau, pare-brise, roue de secours, bavette), nous sommes à 180 ch. pour 840 kg. La différence de ce nouveau SSV par rapport aux anciens SSV se situe au niveau de la taille du châssis, des suspensions et des trains roulants.

 

2. Pourquoi as-tu choisi de te diriger vers cette auto ?


Ce choix est d’abord professionnel en raison de mon activité de « location de véhicule tout terrain ». En fin d’année dernière, j’ai entendu parler de ce nouveau SSV sorti aux USA. Ce SSV est arrivé en France grâce à Vincent LOCMANE. J’ai eu l’occasion de l’essayer et j’ai été conquis par sa facilité de conduite et par son niveau de performance. Notre Team RM Sport a donc décidé d’acheter ce SSV à titre professionnel - afin de le louer pour des Rallyes TT ou Endurance TT - mais aussi à titre personnel afin que mon père, ma soeur et moi-même roulions avec.

 

3. Peux-tu revenir sur les 6h de Bordeaux, 1ère manche du championnat de France d’Endurance TT ?


Deux courses se sont disputées dans le week-end. Le samedi, une endurance de 3h était réservée aux SSV tandis que le dimanche une endurance de 6h était ouverte à tous les buggys quelle que soit la catégorie. Les SSV ayant roulé la veille pouvaient également y participer.
Le samedi, je me suis engagé avec Romain Locmane. Nous étions deux pilotes avec 2 machines tandis que généralement, les équipages sont 2 pilotes pour une seule machine. Après deux tours, j’ai réalisé le record absolu du tour du circuit. Il n’avait pas été battu depuis plusieurs années. A la suite de petits soucis, Romain Locmane s’est élancé sur sa machine. Nous avons terminé 2e de cette endurance de 3h.
Le dimanche, mon SSV  a roulé aux mains de José Castan, François Cazalet et Benoit Soulas. 3e des qualifications, ils ont terminé 2e de cette endurance de 6h. Nous avions peur de manquer de carburants car nous n’avions pas encore assez d’expérience pour savoir si nous pouvions aller au bout. Précautionneux, nous avons dû faire un ravitaillement supplémentaire – finalement non nécessaire - qui nous a fait perdre 5 min. Le trio termine à la 2e position avec 1 min de retard sur le leader. Dommage, l’auto aurait pu remporter l’endurance avec un tour d’avance.
Quant au gros Rivet, l’équipage a réalisé le 2e temps des qualifications. Cependant, une crevaison et un changement d’amortisseur (35 min de perdues) a fait rétrograder l’auto en 15e position. Dommage car le podium voire la victoire était aussi jouable.

 


4. Qu’est-ce qui a fait que ces buggys SSV étaient devant lors de ces 6h de Bordeaux ?


Le circuit spécifique, sinueux et technique, ainsi que le terrain qui s’est dégradé très vite, ont fait que les SSV étaient particulièrement à l’aise grâce à leurs châssis et à leurs suspensions.

 

5. Quelles seront tes ambitions pour le Labourd et quel sera ton programme cette saison ?


Au Labourd, le but sera avant tout de me faire plaisir et de continuer à développer l’auto et à la fiabiliser – même si elle l’est déjà – mais cela permettra de découvrir ses points faibles, si elle en a. Si les conditions sont au rendez-vous, j’essaierai de réaliser le meilleur temps dans Uzkain. Mais il s’agit juste d’un petit challenge personnel, mon but premier étant de me faire plaisir. Nous venons au Labourd, avec Coralie, vraiment pour nous faire plaisir car nous aimons ce rallye. D’ailleurs, c’est le seul qui est prévu au programme cette saison. Le reste de la saison je me déplacerai, non pas en tant que pilote, mais en tant que professionnel dans le cadre de notre activité de location de véhicule tout terrain.

 

6. Manu, tu es plutôt :
- Samsung ou IPhone ? IPhone
- Chocolatine ou pain au chocolat ? Pain au chocolat, comme 75% des français ;)
- Parc fermé ou Parc des princes ? Parc des princes
- François Fillon ou François Cazalet ? François Cazalet mais sans Pénélope !!
- Vin blanc ou Laurent Blanc ? Laurent Blanc

 


BREAKING NEWS Charlie BONSEY : "Maxi Attack for the Win !"

 

Charlie BONSEY © Constantin ERREIP

 

 

1. How did you discover the french rallies ? Do you already drive in England ? What are the différences ?


I have been racing go karts since I was 10 and my father used to navigate for John Burley 30 years ago in the French rallying, so we decided to give it a go and have some fun! We don't race in England only France, so we have a long time between driving the car.


Depuis que j’ai 10 ans, j’ai fait des courses de karting et mon père naviguait John Burley il y a 30 ans dans les rallyes français. C’est comme cela que nous avons décidé de nous lancer et nous prenons du plaisir. Nous ne roulons pas en Angleterre, seulement en France. Par conséquent, il y a du temps entre deux courses avec l’auto.


2. This Rivet buggy is your 2nd car. You drive very quickly for a year (2nd place in D&M and R7VA). How did you learn to ride so hard ? You must be happy with the results ?


Yes, our first car was Emily Poincelets first clio (two wheel drive) and now we have Guy Housset, rivet, which is a great car. Because we do not race in England and only race 4-5 times a year it has been a big learning curve for me and the last two years I have felt more comfortable with the car and I have a lot of confidence   We are very happy with the results and I would love to have a win!


Tout à fait, notre première auto était la Clio d’Emilie Poincelet (2 roues motrices). Désormais, nous roulons sur l’ex Rivet de Guy Housset qui est une superbe auto. Du fait que nous ne roulons pas en Angleterre et que nous faisons seulement 4-5 courses par an, la période d’apprentissage a été un peu longue pour moi. Mais depuis ces deux dernières années, je me sens plus à l’aise avec l’auto et j’ai pris beaucoup de confiance. Nous sommes très heureux de nos derniers résultats et désormais j’aimerais beaucoup une victoire !


3. We're happy to welcome you for  your 1st participation in Labourd Rally. What motivated you to come and what will be your ambitions ?


Thank you! I am really looking forward to racing the rallye du labours, i did race this rally 4 years ago in the Clio and it was a beautiful rally. I have not raced since because we have committed to rallye Gatinais. I will be racing for a podium and of course maxi attack for the win!

 

Je vous remercie! Je suis vraiment impatient de disputer le Rallye du Labourd. J’ai participé à ce rallye il y a 4 ans avec le Clio et c'était un beau rallye. Je n'y ai pas couru depuis car nous allions au Gatinais. Je vais rouler pour un podium et bien sûr maxi attaque pour la victoire!

 

4. What will be your program this season ?

 

We look to race at: Labourd, Jean de la Fontaine, De cimes, Dunes et Marais, Rv7a

 

5. You're most :
- Jonny Wilkinson or Sébastien Chabal ? 
- Jamie Vardy or Olivier Giroud ?
- Kate Middleton or Marion Cotillard ?
- Tea time or first time ?
- Beer or Wine ?
- Fish and chips or tartiflette ?


EASY !!! Ahah ! : Jonny Wilkinson, Jamie Vardy, Kate Middleton, Tea time, Beer, Fish and chips

 

 


Anicet GARICOIX toujours parmi les grands favoris !

 

Anicet GARICOIX © Fane

 

1. Saurais-tu nous dire quel sera ton programme cette saison ?


Je serai présent au Rallye du Labourd. J’ai à coeur de faire ce rallye sur des chemins roulants et très plaisants. Pour la suite, je ne peux pas déterminer le programme car l’auto est à vendre.


2. Quels sont les projets que tu as en tête pour la suite de ta carrière ?


Après presque 30 ans de Rallye tout terrain, j’aimerais laisser la place à mon fils et aux jeunes de l’équipe tout en continuant à rouler un petit peu pour ne pas décrocher d’un coup. Rien n’est encore décidé mais j’aimerais une auto plus petite pour que les jeunes puissent démarrer plus facilement et à moindre coût. Dans le même temps, j’aimerais redécouvrir ou découvrir de nouvelles disciplines comme l’endurance (les 24h du Portugal par exemple) ou faire quelques Bajas.


3. Anicet, tu es plutôt :
- Stilo ou peltor ? Peltor
- Kebab ou taloa ? Taloa
- Proto Bidart ou petit Ricard ? Ahah proto Bidart et après petit Ricard !
- Emmanuel Castan ou Emmanuel Macron ? Ahah Emmanuel Castan

 


Les "Urrutia Anaiak" satisfaits de leur nouvelle auto !

 

Sébastien Urrutia © inconnu

 

1. Peux-tu nous présenter ton auto et nous expliquer pourquoi tu t’es dirigé vers ce buggy ?


Ce Tomahawk Evo (4rm) a un moteur Kawasaki 1400 ZZR prépa Foucart qui développe 210 ch. ; transfert Hydrau-Medoc, ponts Ford à glissement limité, amortisseurs P2S. Le tout pour un poids de 800 kgs tout rond. Nous avons souhaité nous diriger vers une auto plus ludique et qui nous coûtera moins cher.


2. Tu as fait de bons temps à Arzacq, comment t’es-tu senti dans ce Tomahawk Evo par rapport à tes deux anciennes autos à « gros moteur » ?


En effet, on aurait pu croire que j’allais m’ennuyer au volant, mais pas du tout ! On a fait de bons temps. Ce n’est pas la même conduite mais on va plus vite dans le technique et l’auto motrice très bien. J’ai hâte de rouler à nouveau avec l’auto. Ce ne sera malheureusement pas au Labourd, car je travaille, mais au Baretous, puis au Gers, à Orthez, et aux Cimes.


3. Sébastien, tu es plutôt :
- Rallye du Labourd ou fêtes de Bayonne ? Rallye du Labourd
- Tomahawk ou Tony Hawk ? Tomahawk
- Yacco ou Pulco ? Yacco
- Fréro Delavega ou Fréro de Laguinge ? Urrutia Anaiak !

 


Yann CLEVENOT, l’étoile montante du buggy 2rm !

 

Yann CLEVENOT © Fane


1. Peux-tu revenir sur ta saison 2016 durant laquelle tu t’es bagarré pour le championnat 2rm ?


2016 a été une jolie saison. J’ai été régulier en termes de performance. Le doublé au Rallye des Cimes (Damien Pocheluberry et moi-même) fût également une satisfaction car c’était le 1er rallye où nous étions tous les deux engagés. En fin de saison, je suis passé à deux doigts de remporter le challenge 2rm ! Tout s'est joué au dernier rallye, à Plaines et vallées, où l’objectif était de terminer le rallye sur le podium pour être titré. Malheureusement pour moi, la boite à vitesse d'origine de mon moteur a cassé. C’est une panne que j'avais déjà eu au Gers armagnac. J'ai eu beaucoup de mal à "digérer" cette panne qui n'aurait jamais dû revenir normalement... C’est donc une déception car nous pouvions croire au titre jusqu’au bout. Nous nous sommes donc penchés sur le problème et avons essayé de trouver une solution sur ce problème de boite qui est intégré au moteur de moto ! Nous roulons (Damien et moi) actuellement avec cette modification qui j'espère sera une vrai solution à ce problème bien connu des moteurs de moto quelle que soit la discipline.


2. Comment s’est déroulé le Rallye d’Arzacq ?


Le rallye s’est disputé dans des conditions difficiles même si elles étaient meilleures que l’année dernière. Malgré cela et après une rencontre inopinée avec un arbre qui ne nous a cependant pas fait perdre de temps, le rallye s’est terminé par une 2e place. J’ai une pensée pour les organisateurs qui ont du travail dans la remise en état des spéciales et les félicite pour leur dévouement et leur travail.


3. Le Rallye du Labourd sera la dernière course que tu disputeras avec cette auto. Quels seront tes objectifs pour cette course et pour le reste du championnat ? Et quelles seront les évolutions que tu apporteras sur ton nouveau CRD CLEDZE ?


En effet, l’acquéreur de mon auto actuelle en disposera après le Labourd. Comme d’habitude, j’essaierai de donner le maximum pour terminer à la meilleure des places possibles. Par la suite, je roulerai avec une nouvelle auto que je construis actuellement. Dans le meilleur des cas je serai présent au Jean de la Fontaine. Mais je pense plus raisonnablement que je débuterai au Rallye du Gers à domicile au mois de juillet. Puis je ferai le ¾ des rallyes de la saison.
Ce nouveau buggy CRD CLEDZE 2rm ne comportera pas d’évolutions majeures. Le moteur sera à nouveau un moteur Suzuki Hayabusa 1340 cc d'origine, cartographie MAK'SPORT, identique à celui que j’ai sur l’auto actuelle. Le but sera d’apporter un petit plus en essayant de diminuer le poids.


4. Tu avais construit cette auto pour toi. Ensuite, tu as commercialisé ce CRD CLEDZE 2rm. Comment as-tu pensé à te lancer dans ce projet tant d’un point de vue pilote que constructeur ?


Depuis tout petit j’ai baigné dans le monde du rallye. J’ai fait du sprint-car avec un moteur de moto (600 – Honda). J’ai donc été attiré par le Rallye TT grâce à la catégorie « moteur de moto ». C’est cette catégorie qui a fait que d’un point de vue financier et performance, je peux retrouver les sensations uniques que j’ai connues en sprint-car auparavant.
L’idée de construire mon auto s’est faite naturellement. Je suis mécanicien auto, mais de formation j’ai d’abord été motoriste. J’ai notamment travaillé pour le motoriste PIPO (qui faisait les 206 et 307 WRC), puis dans la réalisation de châssis chez NORMA AUTO CONCEPT. C’est donc naturellement que j’ai construit mon auto.
Au début de l’aventure, j’ai construit ce CRD CLEDZE pour moi-même. Puis un client est arrivé, puis un autre. Actuellement je construis la mienne et celle d’un client. La règlementation est draconienne alors commercialiser l’auto qui a de jolis résultats est une belle opportunité.

 

5. As-tu pour projet de développer un nouveau modèle en 4 roues motrices ?


Le projet de faire un 4rm à moteur de moto n’est pas encore bien défini car pour le moment ça ne fait pas assez la différence avec nos 2rm en termes de performance par rapport à la différence du prix de revient des autos.


6. Yann, tu es plutôt :
- Iphone ou smartphone ? Smartphone
- Kebab ou taloa ? Taloa
- Suzuki ou Whisky ? Suzuki
- Pocheluberry ou Baso berri ? Pocheluberry !

 


Mathieu HIRIGOYEN, le Basque bondissant à l'assaut du Labourd !

 

Mathieu HIRIGOYEN © Antho photographie

 

1. Peux-tu revenir sur ta 3e place au Rallye d’Arzacq ?
 

Le rallye s’est très bien déroulé pour nous. J’ai augmenté le rythme crescendo sans connaître de souci. Le samedi a été délicat en raison des conditions météos mais dimanche j’ai pu prendre plus de plaisir. Je suis très content de finir sur le podium à seulement 30 sec de la 1ère place. J’ai juste un petit regret de m’être endormi dans « Cruzeilles 2 » (avant avant dernière spéciale) où je prends 10 sec. Cela m’empêche d’aller chercher la 2nde place.

 

2. Tu as apporté des modifications sur l’auto ces derniers mois. Peux-tu nous parler de ces évolutions et nous en expliquer leurs apports ?
 

Tout d’abord, depuis les Cimes 2016, j’ai installé la boite 7 rapports d’Hydrau-Medoc. La vitesse de pointe reste inchangée mais l’étagement a été revu pour utiliser le moteur dans sa plage idéale. C'est donc bénéfique. Ensuite, à l’intersaison, j’ai mis des ponts taillés dans la masse de chez Hydrau-Medoc. Cela permet un gain de poids. Enfin, je me suis fait plaisir avec une nouvelle déco inspirée des Skoda. J'en profite pour remercier ma famille, mes proches et mes partenaires sans lesquels rien ne serait possible !

 

3. Après un podium à Arzacq, quel sera ton objectif au Labourd et quel sera ton programme cette saison ?

Au Labourd, je vais partir pour rouler fort en visant la meilleure place possible. Un podium serait top. Pour la suite de la saison, je ferai en priorité les rallyes du coin et peut-être que je monterai dans le nord si ça se passe bien. A voir en fonction des résultats et du budget.


4. En dehors du rallye, as-tu d’autres passions ?

Je fais de la pelote (pala), un peu de moto ainsi que des balades en montagne et quelques bonnes soirées entre amis !!


5. Mathieu, tu es plutôt :
Plaines ou montagnes ? Les deux
Moto ou quad ? Moto
Facebook ou roadbook ? Facebook
Henri Cassin ou René Cassin ? Ahah Henri Cassin sans hésiter
Get 27 ou boite 7 ? Boite 7 !
Nutella ou Basquella (pâte à tartiner de St Pée sur Nivelle) ? Basquella, fier du local.