Interviews de pilotes

Vincent POINCELET d'attaque pour le Labourd !

Vincent POINCELET © Fane

 

1. Tu as terminé à la 3e place du championnat 2014 lors de laquelle tu as roulé alternativement avec le Rivet 3L et le Fouquet 2L. Quel bilan tires-tu de cette saison ?

 

Un bilan très positif. J’avais toujours roulé en Fouquet. Tester le Rivet en conditions de course m’a permis d’acquérir de l’expérience. Le moteur Jaguar est excellent. On a bien progressé en 4 courses. J’ai ensuite repris le Fouquet pour essayer de nouvelles choses en vu de 2015.

 

2. Tu as terminé 3e à Arzacq alors que tu as été en tête une bonne partie du week-end. Que retiens-tu de cette première manche du championnat ?

 

Une belle bagarre avec les copains, de très bonnes sensations et du plaisir à conduire. J’ai retrouvé la motivation de gagner, chose qui s’était atténuée depuis 1 ou 2 ans.

 

3. Selon toi, quelles seront les clés pour remporter le 39e Rallye du Labourd ?

 

Une maxi attaque du début à la fin et savoir rouler dans Uzkain…. Cette spéciale est représentative du rallye du Labourd. Elle est très sélective et peut creuser de gros écarts. J’en sais quelque chose, j’y ai perdu le Labourd en 2012.

 

4. De nombreux pilotes ont animé la première manche du championnat à Arzacq. Comment abordes-tu la course au titre ?

 

Je vais aborder les courses les unes après les autres car le développement et la mise au point d’une voiture peut prendre du temps.

 

5. Radio TT annonce que tu rouleras au Gâtinais sur un tout nouveau Fouquet dernière génération. Peux-tu nous en dire plus sur les caractéristiques de cette monture ?

 

Oui, je suis en train de monter un nouveau Fouquet. Le Fouquet 2L Honda est déjà une auto formidable. Il a vraiment fallu se poser de nombreuses questions pour cette nouvelle auto.

 

En vrac, voici quelques caractéristiques et les axes sur lesquels nous avons travaillé:

- Rester en 2L. Cette catégorie est très intéressante. Les autos sont polyvalentes et mêmes si sur certains rallyes il est difficile de gagner, je reste convaincu que c’est le meilleur compromis.

- Optimiser les masses, le positionnement des masses et les réduire au minimum.

- Trains AV triangulé avec quelques modifications par rapports au dernier Fouquet. A l’arrière, nous restons sur des bras tirés.

- Amortisseur Ohlins.

- Transmission classique avec une boite Sadev et des ponts BMW.

- Injection plus performante pour optimiser le remplissage du moteur.

- Fiabilité et simplicité d’entretien.

 

Enfin, la question que tout le monde se pose : le moteur… Je vous invite à relire la réponse…

 


Il faudra compter sur Laurent FOUQUET !

Laurent FOUQUET © Fane

 

1. Quel bilan tires-tu de ton retour en tout terrain en 2014 avec une 2e place à Orthez et une victoire à Royan ?

 

C'était un grand plaisir de revenir dans cette discipline où l'on trouve une bonne ambiance et dans laquelle nous pouvons rouler dans de superbes autos. Je suis revenu avec un nouveau buggy avec notamment des nouveautés concernant les trains avant et arrière et un moteur différent, un 2.4L.

 

2. Justement, tu es revenu avec un moteur 2.4L alors que tu avais toujours roulé en 3.5L. Qu'en retiens-tu ?

Tout à fait, j'avais déjà goûté à ce moteur 2.4L en auto-cross et j'étais persuadé qu'il serait aussi agréable de l'utiliser en tout terrain. Ce moteur avait d'ailleurs déjà fait ses preuves dans la discipline avec Louis Dronde notamment. J'ai été très content puisque j'ai remporté le rallye Dunes et Marais, rallye habituellement propice aux grosses cylindrées.

 

3. Tu as démarré la saison 2015 avec un autre buggy, peux-tu nous en parler ?

Initialement, j'avais prévu de rouler avec le Fouquet 2.4L mais un client en a fait l'acquisition. Ayant la volonté de participer au Rallye d'Arzacq et au Rallye du Labourd et n'ayant pas le temps de construire une nouvelle auto, j'ai alors roulé à Arzacq avec l'ex auto de Patrick Orhatégaray (ex Demonceaux).

 

4. Peux-tu revenir sur le Rallye d'Arzacq et nous parler de tes objectifs pour ce Labourd 2015 ?

En raison des conditions météos du mois de février, je n'ai pas pu faire d'essais. Dès lors, à l'ES1, au bout de quelques kilomètres, je n'avais plus de frein. Cela m'a fait perdre du temps. Mais, par la suite, j'ai signé plusieurs scratchs.

Concernant le Labourd, j'essaierai de me faire plaisir en roulant avec Céline, ma compagne, originaire de Souraide.

 

5. Quel est ton programme pour la suite de la saison ?

Je ne ferai pas le championnat complet. Après le Labourd, je reprendrai au Rallye du Gers Armagnac. Je roulerai également dans d'autres disciplines en participant notamment à la Baja espagnol, aux 24h du Maroc ou aux 24h de Tunisie. Enfin, nous avons également beaucoup de travail dans nos ateliers puisque nous construisons une auto pour le Dakar.

 


Patrick ORHATEGARAY se prépare pour la gagne !

Nouvelle silhouette © Patrick ORHATEGARAY

 

1. Quel bilan tires-tu de ta saison 2014 ?

 

Je retiens que je n'ai été au bout d'aucune des 3 courses que j'ai disputé. Au Labourd, j'ai très bien roulé jusqu'au samedi soir où j'étais en tête. A Orthez, je suis sorti après 2 kms, et aux Cimes, j'ai eu un problème d'amortisseur. L'auto était d'une conception nouvelle. Il en est donc ressorti des choses positives et d'autre négatives, des faiblesses auxquelles j'ai essayé d'apporter des modifications.

 

2. Justement, peux-tu nous dire quelles modifications tu as apporté sur l'auto durant l'intersaison ?

 

Tout d'abord, le moteur bénéficiera d'une plage plus importante avec notamment plus de couple et de puissance à bas régime.

D'autre part, j'ai également apporté des modifications au niveau des transmissions et au niveau de l'électricité.

Enfin, l'auto avait un surpoids de 60 kg. Dès lors, j'ai fait une nouvelle carrosserie beaucoup plus légère avec une nouvelle silhouette. La carrosserie, en composite identique aux avions, a été réalisé par un monsieur qui faisait des carrosseries pour le rallye raid et notamment pour les buggys Schlesser. Cette carrosserie me permet aujourd'hui d'être au poids mini. Elle me permet également, grâce à des entrées d'air supplémentaires, d'avoir un meilleur refroidissement de l'échangeur d'air et du radiateur. J'ai également relevé l'avant car il m'arrivait de faire quelques touchettes.

Cette nouvelle silhouette me permet d'avoir une voiture unique puisqu'elle est complètement nouvelle dans ses formes. On retrouvera la couleur rouge, ma couleur d'origine, avec toute une partie en carbone pure ce qui devrait lui donner de la gueule !

 

3. Avec quel objectif abordes-tu ce Labourd 2015 ?

 

L'auto est encore en cours de remontage. Le motoriste descend vendredi ce qui me permettra de faire des essais ce week-end. J'espère n'avoir aucun souci sinon on ne pourra certainement pas se retourner. J'aurais aimé être prêt plus tôt pour faire davantage d'essais mais c'est comme ça. Malgré cela, je vais venir pour gagner !!

 

4. Quel est ton programme pour cette saison ?

 

Je n'ai pas de programme prédéfini. J'ai beaucoup de travail au sein de mon entreprise qui est en pleine progression. Dès lors, j'aborde le rallye différemment même si j'attaque toujours une course en visant la gagne ! Ainsi, en raison de mon activité professionnelle, je privilégierai les rallyes du coin tels qu'Orthez, les Cimes et peut-être le Baretous. Mais rien n'est sûr.

 


Olivier LATCHERE prêt à remonter sur le podium des 2rm !

Le BMC d'Olivier LATCHERE © Olivier LATCHERE

 

1. Tu as roulé à Arzacq avec un buggy fourni par l'équipe BMC. Peux-tu nous raconter ton week-end ?

 

Tout à fait, j'ai acheté un buggy BMC 2rm qui n'était pas prêt pour Arzacq. Dès lors, l'équipe BMC m'a permis de rouler avec un de leur buggy d'endurance. Je n'avais pu essayer l'auto que 15 min chez BMC donc j'ai démarré le rallye calmement sans taper dans la voiture. Ensuite, avec plus de confiance, j'ai augmenté le rythme à partir du samedi soir. Dimanche matin, à la suite de l'abandon de Nicolas Etcheverry, j'ai occupé la tête du challenge 2rm. Cependant, je me suis posé dans Campimbo ce qui m'a fait perdre du temps. Tant pis, je termine 2nd et j'ai passé un super week-end !

 

2. Tu as donc acheté un buggy BMC 2rm avec lequel tu rouleras pour la première fois au Labourd. Peux-tu nous le présenter ?

 

Je roulerai au Labourd avec un BMC 2rm plus pointu et plus léger que celui que j'avais à Arzacq. L'auto est équipée d'un moteur Honda K20 d'origine avec 4 papillons. Il est en position centrale arrière et développe 246ch. La boite de vitesse est une SADEV séquentielle 6 vitesses. La particularité de l'auto est qu'elle est triangulée à l'arrière ce qui permet de compenser la perte de motricité en raison du moteur central. Cela en fait un auto très confortable et cela se ressent sur les terrains défoncés à la suite de plusieurs passages dans une spéciale.

 

3. Pourquoi revenir au 2 rms après avoir goûté au 4rm ?

 

Il est vrai que j'ai eu des buggys 4rm (Rivet 206 et Rivet Clio) mais je pense que la catégorie 2rm est vraiment une catégorie à découvrir. On s'y amuse et cette catégorie permet un entretien plus rapide et moins coûteux que le 4rm qui coûte aussi très cher à l'achat. Enfin, rouler en 2rm permet de se réveiller plus tard le matin ahah...

 

4. Quel est ton objectif pour ce 39e Rallye du Labourd ?

 

La voiture sera terminée au dernier moment donc je n'aurai pas le temps de l'essayer. Dès lors, comme à Arzacq, je vais bien mettre 4 spéciales avant de rentrer dans la course. Mais bon, même si les 2 Nicolas (Larroquet et Etcheverry) seront certainement loin devant, on va essayer de suivre. C'était très sympa d'être sur le podium d'Arzacq alors j'aimerais y remonter au Labourd.

 

5. Quel est ton programme pour cette saison 2015 ? En l'absence de Jérôme Hélin et malgré le retour de François Cazalet (à partir du Jean de la Fontaine), la course au titre des 2 rm sera ouverte cette année ?

 

Le programme se fera en fonction des résultats mais je devrais faire une saison quasi-complète. La hiérarchie en 2rm, on la connaît. Pour ma part, je n'ai aucune prétention pour le championnat. J'ai juste envie de me faire plaisir. Il me faudra une quinzaine de courses pour rivaliser avec les concurrents qui ont leur auto bien en main.

 


Anicet GARICOIX sera un sérieux prétendant à la victoire !

 

Anicet GARICOIX © Delphine ALGORRY

 

1. Quel bilan tires-tu de la saison passée avec notamment une victoire au Rallye d'Orthez-Béarn et une 2e place aux Cimes ?

 

Nous avons réalisé une excellente saison 2014, sans aucun abandon sur les 5 courses disputées. La victoire à Orthez confirme le potentiel et le travail effectué sur la voiture. Le bilan est donc très positif car nous avons beaucoup appris sur le comportement de l'auto tout au long de l'année.

 

2. As-tu apporté des modifications sur l'auto pendant l'intersaison ?

 

Les principales modifications ont été faites pour améliorer la fiabilité au niveau du refroidissement moteur, Boite à vitesse et transfert. Le reste n'est que de l'entretien courant.

 

3. Tu as terminé 2e à Arzacq pour quelques dixièmes de secondes ? Peux-tu nous raconter les moments clés de ton week-end ?

 

On est parti le samedi sur un faux rythme et il nous a fallu quelques kilomètres pour retrouver la « gnaque » et les automatismes avec mon ancien copilote Eric Sapata. Nous nous sommes ressaisis dans les spéciales de l'après midi pour terminer le samedi soir à 1s de Vincent Poincelet et 10s devant Alain Pierrine. Le dimanche, nous avons continué d'attaquer mais j'ai été surpris par la vitesse d'Alain, ce fût une bagarre d'anthologie jusqu'à la dernière spéciale.

 

4. Tu es l'un des favoris du Labourd 2015. Avec quel esprit et quel objectif vas-tu aborder cette 39e édition ?

 

On va être 7 ou 8 à postuler pour la victoire donc il n'y aura pas de round d'observation, j'espère qu'il y aura une bagarre aussi intense qu'à Arzacq mais que cette fois-ci la victoire sera au bout.

 

5. Quel est ton programme cette saison ?

 

Mon programme se résume à se faire plaisir avec cette fabuleuse auto et avec mon équipe. Mais, suivant l'évolution des résultats et du budget, nous aviserons.

 

6. De nombreux pilotes ont animé la première manche du championnat à Arzacq. Cela montre la bonne forme des pilotes de tête. Qu'est-ce que cela t'inspire ? Et, selon toi, quelles devront être les qualités du futur champion de France ?

 

On a tous de belles équipes et des autos performantes mais la différence se fera comme souvent sur la fiabilité de l'auto et le budget de chacun.

 


Manu CASTAN prêt à signer le doublé !

 

Manu CASTAN © Fane

 

1. Félicitations pour ton titre de champion de France, 6 ans après ton père. Quel bilan tires-tu de cette année 2014 ?

 

Merci beaucoup, énorme satisfaction avec une saison riche en rebondissements puisque quasiment à chaque rallye nous avons eu des soucis mécaniques et nous avons réussi à réparer et à finir les 3/4 des rallyes de la saison !

 

2. Tu n'as pas pu prendre le départ du rallye d'Arzacq, arrêté entre la sortie du parc fermé et le départ de l'ES1. Peux-tu nous en délivrer la raison ?

 

J'ai eu un problème de régulateur d'essence sur la 1ère liaison du samedi et je n'ai pas pu rejoindre le parc d'assistance. Très grosse déception car j'étais très motivé à l'idée de réinscrire mon nom au palmarès de ce superbe rallye !

 

3. Vainqueur l'an passé au Labourd, tu en es l'un des favoris. Avec quel esprit et quel objectif vas-tu aborder ce 39e édition ?

 

Suite à ma désillusion d'Arzacq, j'ai une grosse revanche à prendre au Labourd, un de mes rallyes préférés si ce n'est mon rallye préféré ! J'adore le tracé montagneux surtout Uzkain qui est pour moi la plus belle spéciale du championnat !

 

4. De nombreux pilotes ont bien roulé à Arzacq. Comment abordes-tu la course au titre ? As-tu la volonté de faire le doublé comme ton père qui a été champion de France en 2007 et 2008 ?

 

J'ai suivi un peu Arzacq sur le net et c'est vrai qu'il y a plusieurs pilotes motivés et très rapides en ce début d'année. Je compte bien me mêler à cette bataille avec les mêmes protagonistes au Labourd. Pour la saison 2015, on va voir les rallyes les uns après les autres. En effet, une saison complète coûte cher et demande énormément de temps ! C'est sûr qu'une 2ème couronne serait top mais la route est encore très longue !

 

5. Penses-tu rouler (dans une autre discipline) avec le buggy RM2 et peux-tu nous donner des nouvelles de la 206 qui était en cours de remontage ?

 

Oui, le week-end juste après le Labourd, nous allons rouler aux 6h de Bordeaux avec le RMS2 pour prouver que ce châssis Rivet monté dans nos ateliers peut à la fois être performant et fiable ! L'équipage sera composé de mon père, François Cazalet et moi même ! Quant à la 206, elle se remonte doucement, la mécanique est déjà en place et le moteur a déjà ronronné. La sortie est prévue pour mi saison 2015.

 

Profitez en pour voir ou revoir ce petit chef d'oeuvre : Manu CASTAN et Thierry PIAN signent le meilleur temps de l'ES GATUBIAGUE 3 du LABOURD 2014.

 

 


Meilleur temps à Gatubiague pour M. Castan / T. Pian © Team RM Sport

 


Christophe DAGUERRE prend la mesure de son Rivet !

 

Christophe DAGUERRE © Fane

 

1. Peux-tu nous présenter ta nouvelle auto ?

 

Il s'agit d'un Rivet qui a appartenu à Daniel FAVY et qui a ensuite été transformé en 2 rms par Yannick SANZBERRO et Patrick DESCHAMBRES. Ce buggy est composé d'un moteur de Clio Williams 2L en position central arrière, d'une boite 6 vitesses et de 4 öhlins préparés par Tech-Systèmes.

 

2. En quoi cette nouvelle auto est-elle plus performante que ton ancienne ?

 

Ce buggy est plus large que l'ancien ce qui apporte plus de débattements au niveau des roues. Côté moteur, je peux compter sur 40 chevaux supplémentaires. Par ailleurs, je ressens une plus grande sensation de sécurité par rapport au Phil's car qui avait des voies étroites. Enfin, je ressens également plus de confort dans la mesure où cette auto, dotée d'une silhouette de Clio, détient de larges portes pour rentrer à l'intérieur.

 

3. Comment t'y sens-tu au volant après 3 courses (Cimes et Royan 2014 et Arzacq 2015) ?

 

Les débuts avec cette auto se sont très bien passés. En effet, après avoir terminé deux fois 4e des Cimes dans la catégorie 2rms (en 2012 et 2013), j'ai terminé 3e des Cimes 2014. C'est une grande joie car il s'agissait de mon premier podium. Je tiens pour l'occasion à remercier mes copains et la famille pour leur soutien pendant et en dehors du rallye.

 

4. Comment s'est déroulé ton Rallye d'Arzacq ?

 

J'ai abordé cette course avec deux objectifs. D'une part, avec la volonté de vérifier si les réglages d'amortisseurs entrepris pendant l'intersaison avaient portés leurs fruits. D'autre part, avec l'intention de continuer à prendre l'auto en main tout en réglant mes freinages par rapport à la puissance de l'auto. Côté course, cela s'est bien passé même si, 50 m après le départ de l'ES3, nous avons malheureusement cassé le câble d'accélérateur... 10 min de perdues... Ensuite, le dimanche, une tulipe de la boite de vitesse a eu du jeu mais nous a laissé finir le rallye... Enfin, quelques jours après Arzacq, après le démontage de la boite, j'ai trouvé un roulement du différentiel cassé.

 

5. Quels sont tes objectifs pour ce 39e Rallye du Labourd et pour la suite de la saison ?

 

J'aimerais terminer dans le Top5 des 2 rms tout en faisant une course régulière.

J’invite tous les équipages à venir rouler au rallye du Labourd où l’équipe de l’ASA COTE BASQUE vous a concocté de superbes spéciales rapides et techniques.

Rendez-vous au Labourd !

 


Louis DRONDE reprendra au BARETOUS !

 

 

Louis DRONDE ©  N. DUHALDEBORDE

 

1. Quel bilan tires-tu de ta saison 2014 avec une 3e victoire consécutive aux Cimes et deux expériences à bords d'autos prêtées ?

 

La saison 2014 a été top. J'ai démarré à Arzacq avec un Gembo. Ce fut une expérience inoubliable car la conduite était différente et m'a donné de très bonnes sensations. Malheureusement, une panne moteur nous a empêché d'aller au bout, c'est bien dommage. Par la suite, j'ai enchaîné par une victoire au Baretous, ma dernière course en 2L, avec à mes côtés le fabricant de ma boite de vitesse Hydrau Medoc. Ensuite, à Orthez, j ai eu la chance de pouvoir essayer un gros moteur, un 3.5L Nissan, mon rêve ! Je me suis régalé. Malheureusement, le dimanche matin, une sortie de route m'a empêché de finir le rallye. Dommage. Enfin, les Cimes : que du bon avec une 3ème victoire consécutive. On a pris le départ avec un nouveau moteur, le 2.5L Honda. J'ai pris le maximum d'avance le samedi car je m'étais dit que, si c'était possible, j'essaierai de faire gagner une fois les Cimes à mon père. Donc feu le samedi et le dimanche mon père a pu conduire lors de la dernière spéciale pour inscrire son nom au palmarès...

 

2. Triple vainqueur du Labourd. Seras-tu présent cette année ? Et quel est ton programme pour cette saison 2015 ?

 

Non, avec grand regret, je ne serai pas au départ du Labourd 2015. Pendant mes 5 mois d'absence, nous n'avons pas eu le temps de toucher la voiture. Aujourd'hui, elle est comme après les Cimes. Nous avons pas mal de choses à faire pour mettre la voiture comme on veut qu'elle soit. Nous allons aussi innover sur une pièce mécanique de la voiture. De ce fait, beaucoup d'essais seront au programme avant de pouvoir prendre un départ en rallye. Ainsi, si tout se passe comme prévu, je reprendrai au Baretous. Par la suite, si la voiture marche, on ferra un maximum de rallyes...

 

3. De nombreux pilotes ont animé la première manche du championnat à Arzacq. Cela montre la bonne forme des pilotes de tête. Qu'est-ce que cela t'inspire ? Et, selon toi, quelles devront être les qualités du futur champion de France ?

 

Selon moi, le Rallye d'Arzacq (que j'ai suivi derrière mon ordinateur) n'a eu que du bon. Alain Pierrine décroche une victoire arrachée à la dernière spéciale, une belle revanche pour lui... Le samedi soir, il y avait très peu d'écart entre le premier et le 10ème ce qui n'était pas arrivé depuis des années. Je trouve ça très bien car cela remotive les troupes et c'est aussi très plaisant pour le public. A noter également, le pas en avant de mes amis Didier Barthe et Manu Merle.

Les qualités du futur champion de France devront être les mêmes que les années passées. Le mot d'ordre sera la régularité. Tant que les points seront ainsi, ce sera le pilote le plus régulier qui sera champion. Or, des fois, être régulier n'est pas si facile qu'on peut le croire. Un championnat n'est pas simple. D'autant qu'aujourd'hui, vu le budget assez serré de beaucoup de pilotes, il n'y en a pas beaucoup qui pourront prétendre être champion. Seuls 2 ou 3 du groupe de tête peuvent l'être. C'est dommage car certains ont très bien démarrés.

Merci pour cette petite interview, je vous dis à très bientôt à tous, pour, dès mon retour, "une très grosse attaque !"

 


Eric BERROUET attaque sa 3e saison !

 

 

Eric BERROUET © Fane

 

 

1. Comment as-tu abordé cette saison 2015 ?

 

Après une courte saison 2014, j'ai pris le temps de revenir. J'ai abordé le rallye d'Arzacq avec la volonté de rouler à mon rythme afin d'enquiller les kilomètres et de reprendre l'auto en main.

 

2. Le rallye d'Arzacq s'est bien passé ?

 

Très bien, le travail effectué cet hiver a payé puisque nous n'avons pas fait de mécanique du week-end. Nous terminons 6e des 2 rms et 1er du légende groupe. C'est donc une grande joie de passer un week-end aussi agréable. Par cette occasion, j'aimerais remercier mes copains et tout particulièrement mon père pour toute l'aide qu'il m'a apporté. C'est grâce à lui que j'ai passé un super week-end.

 

3. Quel est ton objectif pour le Labourd et ton programme pour la suite de la saison ?

 

Je me présenterai au Labourd avec la volonté de terminer l'épreuve tout en augmentant le rythme au fur et à mesure des spéciales. Pour la suite du championnat, si tout se passe bien, j'aimerais me rendre au Baretous, à Orthez et aux Cimes.

 


Nicolas LARROQUET veut tenir le haut de l'affiche !

 

Nicolas Larroquet © Fane

 

 

1. As-tu apporté des modifications sur ton Rivet pendant l'intersaison ?

 

La saison passée, durant les 4 premiers rallyes, j'étais mal réglé en amortisseurs. Cela m'avait handicapé. Ainsi, par la suite, j'avais apporté des modifications sur les Ohlins mais je n'avais pas pu en mesurer les bienfaits à Royan à cause de la météo.

Ce week-end, à Arzacq, j'ai constaté que cela va beaucoup mieux alors je suis aujourd'hui satisfait.

 

2. Peux-tu revenir sur ton rallye d'Arzacq où tu as malheureusement abandonné après l'ES5 alors que tu étais en tête ?

 

J'ai bien roulé en effet. Cependant, le fil du capteur PMH (point mort haut) s'est coupé à 4 cm de la cosse. Rien de grave. Je serai présent au Labourd.

 

3. Justement quelles sont tes ambitions pour ce 39e Rallye du Labourd et pour la suite de la saison ?

 

Je serai au Labourd pour gagner afin d'être sur l'affiche du rallye pour la 40e édition !

Pour la suite, je ne sais pas encore... Je reprendrai au Gers. La saison sera calme car le budget est serré cette année.

 

4. La course pour le titre en 2rm sera ouverte cette année...

Tout à fait, je pense que celui qui jouera la régularité sera récompensé !